CROIX PETITE PARTAGER LA PAROLE

 

 

 

CAREME2015SUITE  

 

« En ce temps-là, entré dans le Temple, Jésus se mit à en expulser les vendeurs. Il leur déclarait : « Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. » Et il était chaque jour dans le Temple pour enseigner. Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir, mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire ; en effet, le peuple tout entier, suspendu à ses lèvres, l’écoutait.» (Luc 19, 45-48)

Au terme d’une longue montée, voici que Jésus entre à Jérusalem, dans ce qui en constitue le cœur : le Temple. Citant l’Écriture, il affirme de la part de Dieu : « Ma maison sera appelée maison de prière ».

Or, que fait Jésus dès qu’il entre dans le Temple ? Il commence par y faire le vide : il chasse les marchands et toutes les activités qui ont dénaturé le lieu de la prière.

Son geste est sans doute un mouvement d’indignation mais il est surtout un signe : on n’utilise pas la maison de Dieu pour gagner « l’Argent trompeur » (Lc 16,8-9), puisqu’ «on ne peut servir Dieu et l’argent » (Mt 6,24).

Au début de sa vie adulte, lors de sa première visite au Temple, Jésus avait dit à Marie et à Joseph : « Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » (Lc 2,49).

Au terme de son parcours terrestre, le voilà qui revient dans la demeure de son Père, après avoir expérimenté au cours de sa vie comment les hommes installent des idoles de toutes sortes à la place de Dieu.

Lui qui va pleinement accomplir la volonté de Dieu, il bouscule toutes les compromissions avec ce qui relève d’un pouvoir séduisant mais trompeur.

Que retenir de ce passage d’évangile ?

D’abord qu’ici comme en d’autres endroits, Jésus se révèle comme le modèle de la prière : celui qui fait le vide, en chassant les idoles, pour pouvoir entrer en relation avec Dieu.

Ensuite, que la maison de prière a changé de lieu. Elle n’est plus dans le Temple de Jérusalem. C’est chacun d’entre nous qui est une maison de prière.

Père Jean-François Baudoz

 
CAREME2015FIN