CROIX PETITE ADAM DE PERSEIGNE

 

 

 

 

  " Ton pain, c'est le Christ " 

 

 auteurs cisterciens 2

 

Partage ton pain avec ton ami qui mendie affamé ;

tu feras vraiment preuve d'amitié,

si tu rassasies de ton pain la faim de ton ami.

Ton pain, c'est le Christ ;

ton pain, c'est ta charité ;

ton pain, c'est ta prière ;

ton pain, c'est la componction des larmes

qui efface non seulement tes fautes,

mais encore celles de ton ami.

C'est de ces pains-là que le saint Prophète se rassasiait jour et nuit ;

il l'affirme lorsqu'il dit :

"Mes larmes furent mon pain, le jour et la nuit".

Assurément, plus il avait faim de se rassasier de ces pains,

plus il devenait fort pour porter les fardeaux des autres.

La réfection de ce pain céleste fortifie si bien le coeur de l'homme

qu'il peut tenir bon dans les tribulations

et qu'il décide,

parce qu'aussi il en a la force,

d'aider ses frères à porter leurs fardeaux.

Certes, celui qui se nourrit de ces pains devient si fort,

il est lesté d'un tel poids,

que les pensées vaines et inutiles ne peuvent plus,

je ne dis pas le renverser,

mais difficilement l'émouvoir.

Tandis, en effet, que l'âme au travail dans la vigne du Seigneur

se réconforte et se rassasie du pain des Ecritures ou de celui des larmes,

elle n'est ni poussée ni agitée par le souffle des diverses pensées.

Ces pensées, du fait qu'elles sont vaines,

ne peuvent faire dévier de sa ferme rectitude

un esprit fortifié par l'habitude d'une telle nourriture.

Adam de Perseigne - Lettre VII à Osmond  

 

ADAM DE PERSEIGNE

(vers 1145 - 1221)

 

Né de famille serve,

il fut d'abord chanoine régulier,

puis bénédictin à Marmoutiers,

avant d'entrer à l'abbaye cistercienne

de Pontigny où il exerça la charge

de maître des novices.

En 1188 il devint abbé de Perseigne,

près d'Alençon.

Ses lettres, qui se présentent

comme de petits traités de spiritualité,

témoignent de son influence

aussi bien dans le monde monastique

qu'auprès des grands du siècle.

Il a également composé

des sermons de qualité.