CROIX PETITE BAUDOUIN DE FORD

 

 

 "Dieu nous a confié nos frères" 

 

auteurs cisterciens 2

 

Nous devons aimer Dieu,

non en parole ou de langue,

comme l'ont aimé ceux dont il est écrit :

ils l'ont aimé de bouche et de leur langue ils lui ont menti ;

nous devons, dis-je, aimer Dieu

de telle sorte que cet amour se manifeste en actes et en vérité.

Dieu qui, en soi, n'a pas besoin de bienfaits,

nous a pour ainsi dire confiés nos frères et nos proches qui, eux, en ont besoin,

afin qu'ils reçoivent à sa place les bienfaits que nous devions lui rendre.

Que personne donc ne se flatte d'aimer Dieu,

que personne ne s'abuse en croyant aimer Dieu :

il ne l'aime pas, s'il n'aime pas son prochain.

Si l'homme, quel qu'il soit, n'a pas de quoi expérimenter et éprouver sa propre valeur,

qu'il aime son prochain afin d'aimer aussi son Dieu.

S'il n'aime pas son prochain qu'il voit,

qu'il a sous les yeux,

qui lui a été en quelque sorte confié par Dieu

afin d'acquitter auprès de lui sa dette d'amour,

comment peut-il prétendre aimer Dieu qu'il ne voit pas,

qui ne se montre pas de façon immédiate

et qui, de fait, ne manque de rien ?

Car peut on rendre des bienfaits à Dieu

si ce n'est en les rendant à celui-là en qui Dieu se montre indigent,

lui qui, en soi, n'a besoin de rien ?

C'est Dieu, en effet, qui, dans ses membres,

demande et reçoit, est aimé ou méprisé.

Grâce à cet amour du prochain,

comme par un noeud d'amour et un lien de paix,

nous retenons et conservons en nous la charité de Dieu et l'unité de l'Esprit.

Celui qui n'aime pas son frère, s'éloigne de cette unité spirituelle,

il n'aime pas Dieu et ne vit pas de l'Esprit de Dieu,

mais de son propre esprit,

parce qu'il vit dès lors pour soi et non pour Dieu.

Baudouin de Ford - Traité 15  

 

BAUDOUIN DE FORD

( ? - 1190)

 

Né dans le sud-ouest de l'Angleterre,

il fit ses études à Exeter,

dans le Devonshire,

et fut archidiacre de Totnes.

Il entra à l'abbaye de Ford en 1169

et fut élu abbé en 1175.

Promu à l'évêché de Worcester

en 1180,

il devint archevêque de Canterbéry

en 1184

et accompagna Richard Coeur de Lion

à la croisade,

au titre d'aumônier du roi.

Ses nombreux écrits

manifestent une culture très étendue.

A noter particulièrement son ouvrage

"Du sacrement de l'autel"

et ses seize Traités ou Sermons.