CROIX PETITE AGNES DE SAINT-PAUL

 

 

 

 

 "La puissance de la lumière" 

 

 auteurs cisterciens 2

 

L'esprit de Dieu parle par onction,

versant dans l'âme qui l'écoute

la grâce d'accomplir ce qu'il demande d'elle,

selon qu'il dit lui-même,

que "sa parole ne retournera point à vide,

mais qu'elle prospérera en toutes les choses

pour lesquelles il l'a envoyée".

Il n'y a donc qu'à dire avec un prophète :

"Parlez Seigneur car votre serviteur écoute"

* * *

Dieu parle aux âmes

en leur donnant sa lumière

pour voir leurs infidélités ;

et c'est écouter

que d'ouvrir les yeux à ce rayon divin

qui anéantit leurs ténèbres.

Nos manquements naissent 

de ce que nous oublions Dieu

pour nous regarder nous-même 

et vivre à nos volontés propres.

* * *

Que si Notre Seigneur appelle le péché

la puissance des ténèbres,

nous pouvons appeler la grâce

la puissance de la lumière,

qui répare en nous éclairant

ce que le péché a détruit en nous obscurcissant ;

et c'est à cette puissante lumière

que nous devons nous livrer à toute heure

pour porter l'effacement des ténèbres

qui nous enveloppent incessamment.

 

damedetart

 

De notre monastère de Tart,

ce 28 septembre 1634.

Votre très humble

et très affectionnée

soeur et servante,

soeur Agnès de Saint-Paul,

I.R.B.

(Indigne Religieuse Bernardine)

 

AGNES DE SAINT PAUL

 

Entre 1122 et 1131, Etienne Harding,

troisième abbé de Cîteaux,

fonde la première maison féminine

de l'Ordre à Tart-l'Abbaye.

En 1623, l'abbesse de Tart,

encouragée par l'évêque de Langres,

arrive à Dijon

accompagnée de huit religieuses.

Sous l'influence de sa soeur,

la Mère Angélique Arnauld,

Soeur Agnès de Saint-Paul

prend l'habit de Port Royal en 1611

et séjourne au monastère de Dijon

de 1629 à 1635.

Sa correspondance

est un témoignage direct

de la vie édifiante

menée à cette époque

par les Dames de Tart.