CROIX PETITE PARTAGER LA PAROLE

 

 

 

CAREME2015SUITE

 

 

Nos pères, dans le désert, avaient la tente. Elle avait été faite d’après les ordres de Celui qui parlait à Moïse et qui lui en avait montré le modèle. Après avoir reçu cette tente, nos pères, avec Josué, la firent entrer dans le pays que les nations possédaient avant que Dieu les chasse loin du visage de nos pères. Cela dura jusqu’au temps de David. Celui-ci trouva grâce devant Dieu et il pria afin de trouver une demeure au Dieu de Jacob. Mais ce fut Salomon qui lui construisit une maison. Pourtant, le Très-Haut n’habite pas dans ce qui est fait de main d’homme, comme le dit le prophète : Le ciel est mon trône, et la terre, l’escabeau de mes pieds. Quelle maison me bâtirez-vous, dit le Seigneur, quel sera le lieu de mon repos ? N’est-ce pas ma main qui a fait tout cela ? (Ac 7, 44-50)

Depuis toujours, les hommes ont voulu bâtir des temples pour qu’y résident leurs divinités. Le peuple hébreu lui-même a voulu donner à Dieu une maison et c’est Salomon qui l’a construite, comme nous l’a rappelé Etienne dans la première lecture. Mais il a aussitôt ajouté : « Le Très-Haut n’habite pas des demeures construites par la main des hommes », car « le ciel est (son) trône » et « la terre l’escabeau de (ses) pieds ». Faudrait-il donc en conclure que nos églises sont inutiles ? Elles le seraient bien évidemment si elles prétendaient enfermer Dieu dans les limites que nous voudrions lui fixer. Mais nos églises sont justement appelées « églises ». Nous savons bien qu’en les nommant ainsi nous jouons avec le mot Église. Une église est un espace dans lequel nous nous rassemblons, mais uniquement parce que Dieu nous y a appelés. C’est d’ailleurs le sens premier du mot église. De ce fait l’église de pierres est bien autre chose qu’un édifice construit par des hommes. Nos églises disent au mieux ce qu’est le mystère de l’Église : la construction de pierres vivantes, dont le Christ est la pierre maîtresse (Éphésiens 2,20). L’Église est ainsi le rassemblement de tous les enfants de Dieu répandus dans l’espace et dans le temps, ceux d’hier, ceux d’aujourd’hui et ceux de demain.

Au jour de sa dédicace, cette église a été aspergée avec l’eau du baptême, ointe avec l’huile de la confirmation, consacrée par la célébration de l’Eucharistie. Depuis ce jour, elle n’est plus seulement un temple construit par la main des hommes mais elle est la demeure de Dieu qui ne cesse d’appeler les baptisés à s’y rassembler pour former le corps du Christ et pour adorer le Père « en esprit et en vérité ».

Nous ne sommes pas les constructeurs de l’Église. Ce n’est pas nous qui « faisons Église », quoi qu’en dise un slogan à la mode ! Nous sommes « intégrés à la construction pour devenir une demeure de Dieu par l’Esprit », comme le dit magnifiquement la lettre aux Éphésiens (Éphésiens 3,22). Laissons donc Dieu réaliser son œuvre !

Comment nous laisser intégrer à la construction ? En faisant de la charité le ciment qui relie les pierres que nous sommes les unes aux autres. Nous le savons bien : « Là où est amour et charité, Dieu est présent ! »

Père Jean-François Baudoz

 
CAREME2015FIN