CROIX PETITE JUBILE EXTRAORDINAIRE DE LA MISERICORDE

 

 

 

  

 

" Jésus-Christ est le visage de la miséricorde du Père."

CHRISTMIS

Voici le moment favorable pour changer de vie !

Voici le temps de se laisser toucher au coeur.

Face au mal commis, et même aux crimes graves,

voici le moment d’écouter pleurer les innocents

dépouillés de leurs biens, de leur dignité,

de leur affection, de leur vie même.

Rester sur le chemin du mal

n’est que source d’illusion et de tristesse.

La vraie vie est bien autre chose.

Dieu ne se lasse pas de tendre la main.

Il est toujours prêt à écouter.

Pape François - Misericordiae vultus n°19

 

  Dessins de Eloy Roy

1 - "Et ils le tuèrent" (Mt 28,4)

2 - "Lazare, le mendiant, pourrit à la porte du riche" (Luc16,19-31)

    

 

PAROLES DES AUTEURS CISTERCIENS

 ADAM DE PERSEIGNE 

abbé cistercien du XIIème siècle

Les eaux se puisent aux sources du Sauveur quand, des blessures du Christ, les lèvres de la foi tirent des ruisseaux de grâce. Aussi les blessures des pieds sont elles des sources, mais des sources d’huile ; les plaies des mains des sources de baume, la plaie du côté une source de vin.

Comment cela, me dites-vous, puisque de toutes ces plaies on ne voit couler que du sang ? Voici comment : l’huile guérit, le baume parfume, le vin enivre. L’huile est la miséricorde qui reçoit le coupable aux pieds de Jésus, lorsqu’il demande humblement pardon : voici, vous le voyez, l’huile qui coule des pieds.

Comme le baume coule des sources des mains, il est la précieuse réputation de justice que reçoit le juste de la générosité du Christ. Le coupable se contente de recevoir son pardon ; le juste n’est pas satisfait s’il n’obtient aussi la gloire des vertus.

La miséricorde concède le pardon à celui qui s’est humblement prosterné aux pieds du Christ ; sa générosité accorde la gloire des vertus à celui qui, dans la force de son âme, se tient debout pour bénéficier de la générosité des mains du Christ. Enfin du cellier à vin de son côté percé jaillit le vin de la merveilleuse et vivifiante charité.

Lettre 3 n°37

 

LAZAREMIS