CROIX PETITE QUELQUES SAINTS

 

 

 

 De J.B. Bossuet

 

Premier panégyrique

de Saint Joseph

 

 

 

 

21 MAI

Mémoire des frères trappistes du monastère de Tibhirine : Christian de Chergé, prieur, Luc Dochier, Célestin Ringeard, Michel Fleury, Christophe Lebreton, Paul Favre-Miville et Bruno Lemarchand (de la communauté de Fès), tous assassinés dans des circonstances qui restent encore à élucider. Ils avaient été pris en otage la nuit du 27 mars 1996 dans leur monastère et détenus dans la montagne de l'Atlas jusqu'au jour de leur assassinat. Fidèles à leur voeu de stabilité, attachés à la terre d'Algérie ainsi qu'à son peuple, ils voulaient assurer une présence contemplative et priante en milieu musulman tout en étant humblement attentifs aux besoins de ceux qui les entouraient, et cela malgré les menaces reçues et les dangers encourus. Conformément à leur désir, ils ont été ensevelis à Tibhirine.

Testament spirituel du frère Christian

QUAND UN A-DiEU S'ENVISAGE...

S'il m'arrivait un jour - et ça pourrait être aujourd'hui - d'être victime du terrorisme qui semble vouloir englober maintenant tous les étrangers vivant en Algérie, j'aimerais que ma communauté, mon Eglise, ma famille, se souviennent que ma vie était DONNEE à Dieu et à ce pays.

Qu'ils acceptent que le Maître unique de toute vie ne saurait être étranger à ce départ brutal. Qu'ils prient pour moi : comment serais-je trouvé digne d'une telle offrande ? Qu'ils sachent associer cette mort à tant d'autres aussi violentes laissées dans l'indifférence de l'anonymat. Ma vie n'a pas plus de prix qu'une autre. Elle n'en a pas moins non plus. En tout cas, elle n'a pas l'innocence de l'enfance. J'ai suffisamment vécu pour me savoir complice du mal qui semble, hélas, prévaloir dans le monde, et même de celui- là qui me frapperait aveuglément.

J'aimerais, le moment venu, avoir ce laps de lucidité qui me permettrait de solliciter le pardon de Dieu et celui de mes frères en humanité, en même temps que de pardonner de tout coeur à qui m'aurait atteint.

Je ne saurais souhaiter une telle mort ; il me paraît important de le professer. Je ne vois pas, en effet, comment je pourrais me réjouir que ce peuple que j'aime soit indistinctement accusé de mon meurtre.

C'est trop cher payé ce qu'on appellera, peut- être, la « grâce du martyre» que de la devoir à un Algérien, quel qu'il soit, surtout s'il dit agir en fidélité à ce qu'il croit être l'islam. Je sais le mépris dont on a pu entourer les Algériens pris globalement. Je sais aussi les caricatures de l'islam qu'encourage un certain islamisme. Il est trop facile de se donner bonne conscience en identifiant cette voie religieuse avec les intégrismes de ses extrémistes.

L'Algérie et l'islam, pour moi, c'est autre chose, c'est un corps et une âme. Je l'ai assez proclamé, je crois, au vu et au su de ce que j'en ai reçu, y retrouvant si souvent ce droit-fil conducteur de l'Évangile appris aux genoux de ma mère, ma toute première Eglise, précisément en Algérie, et, déjà, dans le respect des croyants musulmans. Ma mort, évidemment, paraîtra donner raison à ceux qui m'ont rapidement traité de naïf, ou d'idéaliste : « Qu'il dise maintenant ce qu'il en pense ! » Mais ceux-là doivent savoir que sera enfin libérée ma plus lancinante curiosité. Voici que je pourrai, s'il plaît à Dieu, plonger mon regard dans celui du Père pour contempler avec lui ses enfants de l'islam tels qu'il les voit, tout illuminés de la gloire du Christ, fruits de sa Passion, investis par le don de l'Esprit dont la joie secrète sera toujours d'établir la communion et de rétablir la ressemblance, en jouant avec les différences.

Cette vie perdue, totalement mienne, et totalement leur, je rends grâce à Dieu qui semble l'avoir voulue tout entière pour cette JOIE-là, envers et malgré tout. Dans ce MERCI où tout est dit, désormais, de ma vie, je vous inclus bien sûr, amis d'hier et d'aujourd'hui, et vous, ô amis d'ici, aux côtés de ma mère et de mon père, de mes soeurs et de mes frères et des leurs, centuple accordé comme il était promis !

Et toi aussi, l'ami de la dernière minute, qui n'aura pas su ce que tu faisais. Oui, pour toi aussi je le veux, ce MERCI, et cet « A-DIEU » envisagé de toi. Et qu'il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis, s'il plaît à Dieu, notre Père à tous deux. AMEN !

Incha Allah !

Alger, l décembre 1993.
Tibhirine, l janvier 1994.

 

20 MAI

L'an de grâce 1444, la naissance au ciel de saint Bernardin de Sienne, prêtre franciscain, qui se consacra surtout aux prédications populaires dans les villes et les campagnes italiennes, annonçant la miséricorde de Dieu et le salut au nom de Jésus.

 

19 MAI

A Kermartin, près de Tréguier, en Bretagne, en 1303, saint Yves, prêtre. Après ses études de théologie et de droit à Paris et à Orléans, il rentra dans son pays où il fut nommé recteur de diverses paroisses. Partout, il se fit l'avocat des pauvres, des veuves et des orphelins, en même temps que le défenseur de la liberté religieuse de l'Eglise. Il est le patron des avocats et des juristes.

L'an de grâce 1296, la naissance au ciel de saint Pierre Célestin. D'abord moine bénédictin près de Bénévent, il mena ensuite la vie érémitique sur les hauteurs de Majella, où il fonda la congrégation qui prit son nom. Sa réputation de sainteté lui valut d'être élu pape, service qu'il accepta pour faire cesser la vacance du Saint Siège qui durait depuis deux ans. Mais peu préparé à cette charge, il dut y renoncer moins de six mois plus tard.

 

18 MAI

L'an de grâce 526, la naissance au ciel de saint Jean 1er, pape. Après une ambassade à Constantinople où il fut reçu comme l'apôtre Pierre en personne, il mourut, victime des persécutions du roi Théodoric, dans une prison de Ravenne, puis fut enseveli avec les honneurs réservés aux martyrs.

A Upsal, saint Eric. Elevé au trône de Suède en 1150, il entreprit la christianisation des Finnois encore païens, mais fut martyrisé en 1160, alors qu'il venait de participer à la liturge de la messe. Saint Eric fut le patron de la Suède catholique jusqu'au XVIème siècle.

 

17 MAI

L'an du Seigneur 1592, saint Pascal Baylon, franciscain espagnol qui transfigurait son humble vie quotidienne par l'adoration et la communion eucharistique.

 

16 MAI

L'an de grâce 1383, le martyre de saint Jean Népomucène. Originaire de Bohème, il exerça son ministère sacerdotal à Prague. Il fut emprisonné puis jeté dans la Moldau pour avoir refusé de violer le secret de la confession.

 

15 MAI

Mémoire de saint Pacôme, abbé, mort en Thébaïde en 346. Témoin de la charité chrétienne envers les prisonniers durant son service militaire, il se convertit et demanda l'habit monastique à l'ermite saint Palamon. Sept ans plus tard, une voix divine l'avertit de bâtir à Tabenne une maison pour y rassembler beaucoup de frères. Saint Pacôme est ainsi considéré comme le fondateur du cénobitisme en Orient.

 

14 MAI

Fête de saint Matthias, apôtre, qui fut compté parmi les témoins de la résurrection du Seigneur, pour avoir accompagné les autres apôtres et vécu avec Jésus, depuis le baptême de Jean jusqu'à l'Ascension. Selon une tradition, c'est en Ethiopie qu'il porta l'Evangile et qu'il donna sa vie pour le Christ.

 

13 MAI

Au diocèse de Poitiers, en 1820, saint André Hubert Fournet. Nommé curé de son village natal, il refusa de prêter le serment constitutionnel et dut vivre dans la clandestinité durant les années sombres de la Terreur. Il fonda ensuite, avec sainte Elisabeth Bichier des Ages, la Congrégation des Filles de la Croix, qui se dévouent à l'éducation chrétienne des enfants et aux soins des malades pauvres.

 

12 MAI

Saint Germain, archevêque de Constantinople, mort presque centenaire en 733. Célèbre panégyriste de la Mère de Dieu, on lui attribue l'hymne acathiste, litanie de la liturgie orientale en l'honneur de Notre-Dame.

 

11 MAI

Mémoire des saints abbés de Cluny, Odon, Mayeul, Odilon, Hugues et Pierre le Vénérable. La haute autorité morale de Cluny que, du Xème au XIIème siècle, ces grands abbés mirent au service de l'Ordre bénédictin, de l'Eglise romaine et de la paix civile, s'explique par le rayonnement de leur personnalité, la stabilité de leur gouvernement exempt de toute ingérance séculière et leur fidélité à ne rien préférer à l'Oeuvre de Dieu.

L'an du Seigneur 477, saint Mamert, évêque de Vienne en Dauphiné. Des incendies et des tremblements de terre l'incitèrent à instituer les prières connues sous le nom de rogations durant les jours qui précèdent la fête de l'Ascension.

A Naples, l'an de grâce 1716, saint François de Girolamo, prêtre de la Compagnie de Jésus. Prédicateur réputé, il favorisa l'apostolat des laïcs et de nombreuses oeuvres sociales au service des malades, des jeunes et des vagabonds.

 

10 MAI

Au début du VIIème siècle, saint Comgall, moine écossais. Il fonda sur la côte de l'Ulster le monastère de Bangor qui fut un centre de haute spiritualité chrétienne jusqu'au temps des invasions danoises. Saint Bernard, dans sa Vie de Saint Malachie, n'hésitait pas à considérer Bangor comme une pépinière de saints qui a produit tant de fruits pour la gloire de Dieu.

En Andalousie, l'an du Seigneur 1569, saint Jean d'Avila. Fils de juifs convertis au Christ annoncé par les Ecritures, il fut ordonné prêtre après ses études à Alcala. Il mit ses talents d'orateur au service de l'Evangile et obtint de nombreuses conversions, parmi lesquelles celles des futurs saints Jean de Dieu et François de Borgia.

 

9 MAI

L'an du Seigneur 1443, le bienheureux Nicolas Albergati, chartreux qui fut ordonné évêque de Bologne en 1427. Nommé nonce apostolique par le pape Martin V, il travailla avec succès à rétablir la paix entre la France et l'Angleterre.

 

8 MAI

Au début du IVème siècle, saint Victor. Soldat africain en garnison à Milan, il fut appelé à répondre de sa foi devant les tribunaux, et résista avec courage à tous les efforts entrepris pour le faire apostasier.

L'an du Seigneur 615, saint Boniface IV, pape, qui, par ses relations bienveillantes, étendit l'influence du siège romain, en Orient et en Angleterre.

 

7 MAI

Vers l'an 95, le martyre de sainte Flavie Domitille. Elle reçut le voile des vierges consacrées des mains de saint Clément de Rome. Apparentée à la famille impériale régnante, elle fut bannie pour sa foi chrétienne.

 

6 MAI

En Angleterre, l'an de grâce 698, saint Eadbert, moine bénédictin qui succéda à saint Cuthbert sur le siège épiscopal de Lindisfarn. Sa connaissance des Ecritures et sa charité envers les pauvres lui obtinrent une grande popularité. Son successeur, saint Eadfrid, est l'auteur du célébre évangéliaire de Lindisfarn.

 

5 MAI

A Jérusalem, vers 350, saint Maxime, évêque, condamné aux mines pour avoir confessé la divinité de Jésus Christ.

 

4 MAI

En 1793, au diocèse de Saint Dié, le bienheureux Jean Martin Moye, fondateur de la Congrégation des Soeurs de la Providence de Portieux et de celle de Saint Jean de Bassel, puis missionnaire au Su-Tchuen où, en pleine persécution, il fonda l'Institut des vierges chinoises. De retour en France, il dut s'exiler pour refus de serment et mourut à Trèves.

 

3 MAI

Fête des saints apôtres Philippe et Jacques. Originaire de Bethsaïde, comme Pierre et André, Philippe était, comme eux, disciple de Jean-Baptiste quand il fut appelé par le Christ. L'Evangile rapporte plusieurs épisodes où Philippe intervient pour faire voir Jésus ou pour demander lui-même à voir le Père. Jacques, fils d'Alphée, est dit "le Mineur" pour le distinguer de Jacques "le Majeur", frère de Jean.

Au XIIème siècle, le bienheureux Alexandre, prince d'Ecosse devenu convers cistercien à Foigny près de Laon. A l'instigation de sa soeur aînée agée de vingt ans, il avait décidé de renoncer à tout pour le Christ, et, quittant tous les deux leur patrie, ils parvinrent à ce monastère où son identité resta ignorée jusqu'à ses derniers moments.

 

2 MAI

Mémoire de saint Athanase, évêque d'Alexandrie et docteur de l'Eglise. Sa vie durant, il se fit le défenseur de la doctrine du Concile de Nicée, qui proclama le Verbe, Fils de Dieu, consubstantiel au Père. Il contribua aussi à diffuser l'idéal monastique en composant à l'intention des occidentaux la Vie de saint Antoine. Il s'endormit dans le Seigneur en 373, après quarante-cinq années d'épiscopat, dont dix-sept se passèrent en exil.

 

1er MAI

Commémoration de saint Joseph. Charpentier de son métier, il coopéra, par le travail de ses mains, à l'oeuvre créatrice et rédemptrice, tout en gagnant le pain de la sainte famille.

 

30 AVRIL

L'an du Seigneur 1842, saint Joseph Benoît Cottolengo, prêtre italien, qui fonda à Turin la petite maison de la divine Providence, au service des nécessiteux et des malades. La fondation est devenue aujourd'hui une oeuvre imposante à laquelle se rattachent une trentaine de congrégations.

 

29 AVRIL

Mémoire de sainte Catherine de Sienne, vierge et docteur de l'Eglise. Tertiaire dominicaine enflammée par un dialogue constant avec son Epoux mystique, elle eut un rayonnement maternel sur ses disciples qui bénéficièrent de sa doctrine théologale, et exerça une influence décisive en faveur de l'unité de l'Eglise romaine, autour de son chef visible, vicaire du Christ sur terre. Elle s'endormit dans le Seigneur en 1380, à l'âge de 33 ans. Jean-Paul II l'a proclamée co-patronne de l'Europe en octobre 1999.

 

28 AVRIL

L'an de grâce 1841, saint Pierre Chanel, prêtre mariste, originaire du diocèse de Belley. Premier missionnaire en Océanie, il n'eut que peu de succès dans son travail apostolique, mais, par sa mort sanglante, il obtint la conversion de toute l'île de Futuna au christianisme.

A Saint-Laurent-sur-Sèvres, dans le diocèse de Luçon, en 1716, saint Louis Marie Grignon de Montfort, prêtre, qui se consacra aux missions populaires en Bretagne, en Vendée et en Poitou. Grand dévot de la Vierge Marie, il fonda la Congrégation des Missionnaires de la Société de Marie, et celle des Filles de la Sagesse, qui se dévouent à toute œuvre de miséricorde.

 

27 AVRIL

En Thébaïde, l'an du Seigneur 368, saint Théodore, disciple de saint Pacôme. Rempli de la grâce du Christ et bouillonnant du Saint Esprit, il se montrait habile à réconcilier les frères divisés : aussi fut-il appelé à seconder saint Pacôme et son successeur, saint Horsièsos, dans leur gouvernement et la catéchèse.

L'an de grâce 1272, sainte Zita, vierge. Fille d'un pauvre jardinier de Lucques, en Toscane, elle aidait au soin du ménage et aux travaux du potager. Elle devait ainsi consacrer toute sa vie au service d'autrui, sous le regard de Dieu.

Au XIIème siècle, à Clairvaux, le bienheureux Raynaud, premier abbé de Foigny en 1121. Comme il trouvait la charge trop lourde, il reçut quatre lettres de saint Bernard qui la lui avait confiée. "Tu sais bien, lui disait-il, que tu as été envoyé pour secourir tes frères et non l'inverse, que tu tiens la place de celui qui est venu pour servir, non pour être servi". Toutefois, au bout de dix ans, selon son grand désir, Raynaud revint auprès de Bernard à Clairvaux.

 

26 AVRIL

Au IXème siècle, la naissance au ciel de saint Paschase Radbert, abbé de Corbie, qui renonça très tôt à cette charge pour se retirer à l'abbaye de Saint-Riquier. Théologien érudit, il fut le premier à composer un traité doctrinal sur l'Eucharistie, qui le range parmi les grands témoins de la foi de l'Eglise sur ce mystère.

A San Isidro, en Espagne, le bienheureux Rafaël Arnaiz Baron. Eprouvé par une pénible maladie, il dut quitter trois fois le monastère et y revint en gage d'une réponse fidèle et héroïque à ce qu'il ressentait être l'appel de Dieu. Sanctifié dans la joyeuse fidélité à la vie monastique, il s'endormit dans le Seigneur le 26 avril 1938 à l'âge de 27 ans. Jean-Paul II l'offrit en modèle aux jeunes et le proclama bienheureux le 27 septembre 1992. Benoît XVI l'a canonisé le 11 octobre 2009.

 

25 AVRIL

Fête de saint Marc, évangéliste. Il accompagna saint Paul et son cousin Barnabé, lors de leur premier voyage missionnaire à Chypre, puis seconda l'apôtre au cours de sa captivité à Rome. Les témoignages les plus anciens le présentent comme l'interprète de la catéchèse de saint Pierre et comme le prédicateur de la Bonne Nouvelle en Egypte. Ses reliques, emportées à Venise au IXème siècle, furent partiellement restituées au patriarche d'Alexandrie par le pape Paul VI, en signe de la volonté de communion entre l'Eglise romaine et l'Eglise copte.

En Avignon, l'an 1342, le bienheureux Benoît XII. Il avait été moine cistercien de Boulbonne et abbé de Fontfroide, puis évêque de Pamiers et de Mirepoix. Devenu pape, il eut à coeur la réforme de la discipline ecclésiastique et l'étude. Il laissa ses directives à l'Ordre de Cîteaux dans la célèbre constitution "Fulgens sicut stella matutina".

 

24 AVRIL

A Angers, l'an de grâce 1868, sainte Marie de Sainte Euphrasie Pelletier, vierge. Née à Noirmoutiers, elle entra, à dix-neuf ans, dans l'Ordre de Notre-Dame de Charité, fondé par saint Jean Eudes deux siècles plus tôt, et créa la branche des "Madeleines", dans laquelle les filles repenties peuvent mener la vie religieuse contemplative. Plus tard, elle fonda dans le même esprit, à Angers, la Congrégation du Bon Pasteur.

 

23 AVRIL

La naissance au ciel de saint Georges, martyrisé au IVème siècle sous la persécution de Dioclétien. Son culte très ancien, d'abord localisé à Lydda en Palestine, connut une grande popularité à l'époque des croisades. Il est honoré comme un soldat, vainqueur des forces du mal symbolisées par un dragon. Saint Georges est le patron de l'Angleterre, ainsi que celui de l'Ethopie, où il est représenté en de nombreuses fresques.

 

22 AVRIL

A Vitorchiano, en Italie, la bienheureuse Maria-Gabriella Sagheddu, remarquable dès le début de sa vie monastique par sa joie et sa fidélité. Le Seigneur accepta l'offrande de sa vie pour l'unité des chrétiens, le 23 avril 1939. Elle a été proclamée bienheureuse le 25 janvier 1983. Sa dépouille intacte repose en la chapelle de l'unité au monastère cistercien de Vitorchiano.

 

21 AVRIL

Mémoire de saint Anselme. Originaire du Piémont, il fut attiré à l'abbaye bénédictine du Bec-Hélloin, en Normandie, renommée par son école dirigée par Lanfranc. Moine, puis abbé, il se mit en recherche d'une meilleure intelligence de la foi, grâce à une méthode scholastique décisive pour l'avenir de la théologie. Elu plus tard archevêque de Cantorbery, il dut, malgré son amitié personnelle pour le roi d'Angleterre, lutter en faveur de la liberté religieuse de l'Eglise, puis mourut en 1109.

L'an du Seigneur 1163, le bienheureux Fastrède. Saint Bernard choisit ce moine austère comme abbé pour la fondation de Cambron. Lorsqu'il fut rappelé à Clairvaux par ses frères pour succéder au bienheureux Robert de Bruges, cette nouvelle l'effraya tant, que d'abord il se cacha. Dans la suite il dut même présider tout l'Ordre comme huitième abbé de Cîteaux.

 

20 AVRIL

En Belgique, au XIIème siècle, la bienheureuse Oda, qui consacra au Christ seul sa beauté physique ; et en Italie, au XIVème siècle, sainte Agnès, dominicaine, qui sut harmoniser, dans le renoncement, action et contemplation.

 

19 AVRIL

L'an de grâce 1054, saint Léon IX. Evêque de Toul d'origine alsacienne, il fut élevé au souverain pontificat à la diète de Worms, en 1049, puis confirmé par le clergé et le peuple romain. Il s'efforça avec succès de ranimer la vie de l'Eglise latine, mais connut la douleur de voir la consommation du schisme entre l'Orient et l'Occident. Les anathèmes réciproques lancés à cette occasion ont été levés le 7 décembre 1965 par le pape Paul VI et le Patriarche Athénagoras pour en effacer la mémoire et ouvrir la voie vers l'unité. Pontife voyageur, il consacra, dans son ancien diocèse, les églises de Remiremont et Saint-Maurice d'Epinal.

 

18 AVRIL

Au monastère cistercien des Dunes en Flandre, l'an 1167, le bienheureux Idesbald. Après la mort de sa femme et de ses enfants, il entra aux Dunes à un âge avancé. Il en devint abbé. Les douze années de son gouvernement furent très prospères. Son corps levé de terre fut retrouvé intact en 1237 puis en 1624.

A Paris, l'an de grâce 1618, la bienheureuse Marie de l'Incarnation. Epouse et mère de famille chrétienne exemplaire, Madame Acarie se consacra à l'établissement, en France, des carmels issus de la réforme de sainte Thérèse d'Avila. Devenue veuve, elle se retira dans l'un d'eux, sous la juridiction de sa propre fille. La souffrance marqua les courtes années de sa vie religieuse.

 

16 AVRIL

Au VIème siècle, saint Paterne, évêque d'Avranches. D'abord moine dans le diocèse de Poitiers, il gagna une solitude à Scicy, près de Coutances, où son rayonnement lui attira une foule de disciples. Aux dires des historiens anciens, on n'avait pas vu le monachisme parvenir à une telle fécondité depuis saint Martin.

L'an de grâce 1783, saint Benoît Labre. Ne pouvant s'adonner à aucun genre de vie religieuse régulière, ce chrétien français, originaire d'Amettes, près de Boulogne-sur-Mer, vécut en simple pélerin, dans le détachement et la prière continuelle. Il mourut au terme d'une pérégrination qui l'avait amené jusqu'à Rome.

 

15 AVRIL

Le jour de Pâques 1607, le bienheureux César de Bus. Originaire de Cavaillon, sur les bords de la Durance, il renonça à sa vie de gentilhomme mondain pour se faire prêtre, puis fonda la Congrégation des Pères de la Doctrine chrétienne qui, à la veille de la Révolution, comptait en France soixante-quatre maisons, collèges ou séminaires.

 

14 AVRIL

En Orient, saint Ardalion, comédien qui parodiant un jour en public les mystères chrétiens, fut subitement touché par la grâce ; il se proclama alors chrétien devant les spectateurs qui demandèrent sa mort.

L'an de grâce 1117, saint Bernard de Tiron. Avec Robert d'Arbrissel dans le Maine-Anjou, Pierre de l'Etoile en Berry, Vital en Normandie et Raoul de la Fustaie en Bretagne, il fut l'un des animateurs du mouvement monastique du XIème siècle, en fondant dans une forêt du diocèse de Chartres un nouveau monastère qui devint, plus tard, le centre d'une Congrégation bénédictine.

 

13 AVRIL

A Rosendal, près de Malines en Belgique, la bienheureuse Ida de Louvain, moniale. Elle demeura longtemps chez les siens où elle menait une vie pénitente, vouée à l'amour du Christ et aux oeuvres de charité. Comblée de grâces mystiques, elle reçut dans sa chair les stigmates de Jésus crucifié, mais obtint de Dieu que rien n'en parut au dehors. A son gré trop remarquée dans le monde, elle demanda son admission chez les cisterciennes où elle travailla à la transcription des livres et jouit de nouveaux charismes.

 

12 AVRIL

Au IVème siècle, saint Zénon, évêque d'origine africaine élu au diocèse de Vérone. Il apparaît comme un témoin de la doctrine baptismale, "mystère de la fécondité de l'Eglise vierge et mère".

En 1927, le bienheureux Joseph Moscati, professeur à la faculté de médecine de Naples, qui mit ses compétences au service de la recherche scientifique, en même temps qu'il soignait gratuitement les malades les plus nécessiteux.

 

11 AVRIL

L'an de grâce 1079, la naissance au ciel de saint Stanislas. Elu au siège métropolitain de Cracovie, il n'hésita pas à excommunier le roi de Pologne, dont les débauches faisaient scandale ; mais il paya de sa vie son courage et sa droiture. Cette mort glorieuse provoqua plus tard la conversion du roi et lui valut d'être honoré comme l'un des patrons de la Pologne catholique.

 

10 AVRIL

L'an du Seigneur 1029, saint Fulbert. Après avoir été précepteur du fils du roi Hugues Capet, il fut promu au siège épiscopal de Chartres, où il ouvrit une école de théologie réputée. Sa dévotion envers le mystère de la Nativité de Notre-Dame fut à l'origine de la construction de la cathédrale de cette ville, célèbre par ses vitraux riches en couleurs et par son pèlerinage attirant le peuple de France en terre beauceronne.

 

9 AVRIL

En Mésopotamie, au Vème siècle, saint Acace, évêque, qui, pour racheter des prisonniers de guerre persans, fit fondre et vendre les vases sacrés de son église.

 

7 AVRIL

Mémoire de saint Jean-Baptiste de la Salle qui fonda à Reims, sa ville natale, l'institut des Frères des Ecoles chrétiennes, au service de l'enseignement populaire. Il contribua à l'essor de son oeuvre en acceptant dans le silence les humiliations sans nombre qui lui vinrent de ses plus proches collaborateurs.

 

5 AVRIL

L'an du Seigneur 1258, à l'abbaye cistercienne de Villers, la sépulture de sainte Julienne, religieuse augustine de Mont-Cornillon, au diocèse de Liège. Plusieurs maisons cisterciennes, en particulier Salsines, furent pour elle un asile dans les persécutions que lui valut sa mission. Elle fut en effet appelée, par révélations, à faire instituer dans l'Eglise la fête du Très Saint Sacrement.

 

4 AVRIL

En 636, la naissance au ciel de saint Isidore, évêque de Séville, honoré comme le docteur de l'Eglise d'Espagne et comme l'un des maîtres du Moyen-Age, pour avoir transmis la culture de l'antiquité par ses ouvrages encyclopédiques, religieux ou profanes. On le considère aussi comme l'un des initiateurs de la liturgie mozarabe.

Vers 1110, la bienheureuse Aleth, mère d'une nombreuse famille chrétienne, qui compta parmi ses enfants le futur saint Bernard de Clairvaux.

L'an du Seigneur 1589, saint Benoît le More, franciscain d'origine africaine qui se consacra au service de son couvent en Sicile, à l'exemple du Christ venu, non pour être servi, mais pour servir et sauver les hommes de toute race, langue et peuple.

En 1920, à Cheiklé près d'Akbès en Syrie, la passion du Père Philippe, moine cistercien. Il était resté seul au monastère quand surgirent des Turcs kémalistes. Ceux-ci lui demandèrent s'il croyait vraiment que Jésus crucifié, dont il portait l'image sur la poitrine, est le rédempteur ; il le confessa. "Alors, lui dirent-ils, nous allons te faire pareil" et ils le clouèrent sur une porte les bras en croix. Son agonie dura deux jours.

 

2 AVRIL

L'an du Seigneur 1507, la naissance au ciel de saint François de Paule, ermite calabrais qui groupa ses nombreux disciples en une nouvelle famille religieuse, l'Ordre des Minimes. Mandé par le roi de France Louis XI, gravement malade, il l'assista jusqu'à sa mort, dans sa résidence de Plessis les Tours où lui-même rendit l'esprit.

L'an de grâce 306, à Césarée de Palestine, le martyre de saint Apphianos, jeune noble remarquable par la pureté de ses moeurs et ses connaissances étendues. Quand on l'interrogeait sur sa condition, son origine, son domicile, il répondait imperturbablement : "Je suis serviteur du Christ".

Au Vème siècle, sainte Marie l'Egyptienne. Elle renonça à sa vie scandaleuse après avoir obtenu la grâce d'adorer la sainte Croix à Jérusalem, puis se retira au désert de Palestine.

 

1er AVRIL

L'an du Seigneur 1132, saint Hugues, évêque de Grenoble. Il appliqua la réforme de l'Eglise entreprise par Grégoire VII et favorisa la renaissance du monachisme en établissant l'Ordre bénédictin en Chalais et en conduisant saint Bruno et ses compagnons au désert de la Grande Chartreuse.

 

30 MARS

Au milieu du VIIème siècle, saint Jean Climaque, moine. Originaire de Palestine, il se retira, après de brillantes études, au désert du Mont Sinaï. Il écrivit un ouvrage intitulé "l'Echelle du Paradis", véritable somme de la spiritualité monastique qui lui a donné dans l'Eglise byzantine la première place parmi les docteurs mystiques et lui a valu son surnom de "Climaque".

 

28 MARS

L'an de grâce 594, saint Gontran, petit-fils de Clovis et roi des Francs. Il racheta par ses libéralités envers les pauvres, qui le surnommèrent "le bon roi Gontran", les fautes de sa vie passée, puis mourut au monastère Saint-Marcel de Châlons-sur-Saône qu'il avait fondé.

 

25 MARS

Au neuvième mois avant Noël, solennité de l'annonciation du Seigneur, jour où la Vierge Marie, héritière des promesses davidiques, accueillit le Verbe divin dans son coeur, par sa foi au message de l'ange, et le conçut dans sa chair, par l'action du Saint Esprit.

 

23 MARS

L'an du Seigneur 1606, saint Turibio de Mongrovejo. Après avoir été pendant cinq ans le premier magistrat de Grenade, il fut nommé au siège épiscopal de Lima au Pérou. Emu de la triste situration sociale et religieuse du peuple indien, il entreprit de visiter son immense diocèse en s'efforcant d'extirper les abus et de bâtir églises et hôpitaux partout où il passait.

En Espagne, l'an de grâce 1702, saint Joseph Oriol. Grâce à l'aide charitable de quelques prêtres, il put, malgré ses origines très modestes, poursuivre ses études, conquérir le grade de docteur en théologie et recevoir le sacerdoce. Affecté à une paroisse de Barcelone, il vécut pauvrement dans une mansarde, partageant son temps entre le ministère du sacrement de la pénitence et le dévouement auprès des plus démunis.

 

22 MARS

A Ancyre, aujourd'hui Ankara, vers 360, saint Basile, prêtre. Par la sainteté de sa vie et la force de sa parole, il retirait, chaque jour, de l'erreur arienne des chrétiens qui s'y étaient laissé engager. A l'avènement de Julien l'Apostat, son opposition ouverte à l'empereur lui mérita la palme du martyr.

Au milieu du VIIIème siècle, saint Zacharie, pape. D'origine grecque, il traduisit dans sa langue maternelle les Dialogues de saint Grégoire le Grand. Il sut s'imposer auprès des divers souverains lombards, francs et byzantins, par sa forte personnalité. A Rome, il restaura plusieurs églises et fit un grand nombre de fondations en faveur des pauvres et des pèlerins.

 

21 MARS

Au Mont Cassin, l'an de grâce 547, le trépas de notre bienheureux Père Saint Benoît. Né à Nursie vers 480, il interrompit ses études qu'il poursuivait à Rome. Après trois années passées dans la solitude de Subiaco, avec l'unique désir de "plaire à Dieu seul", il fonda plusieurs monastères et composa la Règle des Moines où il apprend à ses disciples "comment glorifier Dieu en toutes choses".

En 1098, nos Pères, mûs pas le désir de suivre plus fidèlement la Règle de notre Père, "Chef, Législateur et Maître", Saint Benoît, choisirent ce jour pour la fondation du Nouveau Monastère de Cîteaux.

 

19 MARS

Saint Joseph, membre de la Maison de David, suscité par Dieu pour veiller comme un père sur l'enfant Jésus et sa mère, héritiers des promesses et des alliances d'Israël.

 

18 MARS

L'an de grâce 386, la naissance au ciel de saint Cyrille, évêque de Jérusalem et docteur de l'Eglise. Chargé d'abord de la préparation des catéchumènes qu'il initia aux mystères chrétiens, il travailla au service de la vérité et de l'unité dans l'Eglise, au premier concile oecuménique de Constantinople.

 

17 MARS

L'an du Seigneur 461, la naissance au ciel de saint Patrick. Après un séjour monastique à Lérins puis à Auxerre, il retourna évangéliser l'Irlande. Il y fonda l'église d'Armagh qui devint le centre religieux de cette île fertile en sainteté. Sa mémoire est vénérée à Downpatrick, dans le Comté de l'Ulster.

 

15 MARS

A Paris, en 1660, sainte Louise de Marillac, épouse et mère de famille chrétienne qui décida de consacrer sa vie au soin des pauvres après son veuvage. Saint Vincent de Paul fut son guide spirituel et l'aida à fonder la Compagnie des Filles de la Charité, qui, selon la volonté de leurs fondateurs, n'auraient pas d'autre cloître que leurs salles d'hôpitaux.

 

13 MARS

En Thébaïde, vers 412, sainte Euphrasie, vierge. Quand elle fut en âge de se prononcer sur son propre sort, elle choisit de vivre dans la communauté religieuse où sa mère l'avait placée en attendant de la marier. Elle mit son riche héritage à la disposition des pauvres.

A Cordoue, l'an du Seigneur 857, le martyre des saints Rodrigue et Salomon. Converti de l'Islam, Rodrigue fut trahi par son frère resté musulman. Jeté en prison, il s'y retrouva avec un chrétien nommé Salomon qui, ayant d'abord apostasié, était ensuite revenu vers le Christ.

 

12 MARS

En 417, la mise au tombeau de saint Innocent 1er. Il étendit la sollicitude de l'Eglise romaine en Orient, en défendant saint Jean Chrysostome chassé du siège de Constantinople ; en Afrique, en soutenant saint Augustin contre l'hérésie donatiste ; et en Italie, en œuvrant contre l'invasion des Visigoths.

 

11 MARS

Vers 640, saint Sophrone. Après avoir passé 20 ans sous la conduite de l'ermite Jean Moschus qui lui dédia son ouvrage "le pré spirituel", il fut placé à la tête de l'église de Jérusalem qu'il vit ravagée par les Sarrasins. Héritier ultime de la tradition monastique palestinienne, il opposa à l'hérésie mono-énergiste une doctrine orthodoxe puisée aux sources de la liturgie et de la contemplation.

 

9 MARS

L'an du Seigneur 1440, la naissance au ciel de sainte Françoise Romaine, épouse et mère de famille chrétienne qui, veuve à 52 ans, anima une communauté d'oblates bénédictines, vouées aux oeuvres charitables. Sainte Françoise Romaine est la patronne de la Congrégation des Servantes des pauvres.

L'an de grâce 1857, saint Dominique Savio, qui mourut à l'âge de 15 ans au collège fondé à Turin par saint Jean Bosco, après avoir donné l'exemple d'une vie de prière, et d'une charité fraternelle enjouée et austère à la fois.

 
SAINT JOSEPH

 

 Le Seigneur s'est cherché  

un homme selon son coeur  

(1 S 13, 14)  

 

Cet homme selon le coeur de Dieu

ne se montre pas dehors,

et Dieu ne le choisit pas sur les apparences,

ni sur le témoignage de la voix publique.

 

Lorsqu'il envoya Samuel

dans la maison de Jessé pour y trouver David,

le premier de tous qui a mérité cet éloge,

ce grand homme, que Dieu destinait

à la plus auguste couronne du monde,

n'était pas connu dans sa famille.

On présente sans songer à lui

tous ses aînés au prophète ;

mais Dieu,

qui ne juge pas à la manière des hommes,

l'avertissait en secret

de ne regarder pas à leur riche taille,

ni à leur contenance hardie :

si bien que rejetant

ceux que l'on produisait dans le monde,

il fit approcher

celui que l'on envoyait paître les troupeaux ;

et versant sur sa tête l'onction royale,

il laissa ses parents étonnés

d'avoir si peu jusqu'alors connu ce fils,

que Dieu choisissait

avec un avantage si extraordinaire.

 

Une semblable conduite de la Providence

me fait appliquer aujourd'hui à Joseph,

le fils de David,

ce qui a été dit de David lui-même.

 

Le temps était arrivé que Dieu cherchât

un homme selon son coeur,

pour déposer en ses mains ce qu'il avait de plus cher ;

je veux dire la personne de son Fils unique,

l'intégrité de sa sainte Mère,

le salut du genre humain,

le secret le plus sacré de son conseil,

le trésor du ciel et de la terre.

 

Il laisse Jérusalem et les autres villes renommées ;

il s'arrête sur Nazareth ;

et dans cette bourgade inconnue

il va choisir encore un homme inconnu,

un pauvre artisan, Joseph en un mot,

pour lui confier un emploi

dont les anges du premier ordre

se seraient sentis honorés,

afin que nous entendions

que l'homme selon le coeur de Dieu

doit être lui-même cherché dans le coeur,

et que ce sont les vertus cachées

qui le rendent dignes de cette louange.

 

C'est un vice ordinaire aux hommes,

de se donner entièrement au dehors

et de négliger le dedans,

de travailler à la montre et à l'apparence

et de mépriser l'effectif et le solide,

de songer souvent quels ils paraissent

et de ne penser point quels ils doivent être.

 

C'est pourquoi les vertus qui sont estimées,

ce sont celles qui se mêlent d'affaires

et qui entrent dans le commerce des hommes :

au contraire les vertus cachées et intérieures,

où le public n'a point de part,

où tout se passe entre Dieu et l'homme,

non seulement ne sont pas suivies,

mais ne sont pas même entendues.

Et toutefois c'est dans ce secret que consiste

tout le mystère de la vertu véritable.

 

En vain pensez-vous former un bon magistrat,

si vous ne faites auparavant un homme de bien :

en vain vous considérez quelle place

vous pourrez remplir dans la société civile,

si vous ne méditez auparavant

quel homme vous êtes en particulier.

Si la société civile élève un édifice,

l'architecte fait tailler premièrement une pierre,

et puis on la pose dans le bâtiment.

Il faut composer un homme en lui-même,

avant que de méditer

quel rang on lui donnera parmi les autres

et si l'on ne travaille sur ce fonds,

toutes les autres vertus,

si éclatantes qu'elles puissent être,

ne seront que des vertus de parade

et appliquées par le dehors,

qui n'auront point de corps ni de vérité.

 

Elles pourront nous acquérir de l'estime

et rendre nos moeurs agréables,

enfin elles pourront nous former au gré

et selon le coeur des hommes ;

mais il n'y a que les vertus particulières

qui aient ce droit admirable de nous composer

au gré et selon le coeur de Dieu.

 

Ce sont ces vertus particulières,

c'est cet homme de bien,

cet homme au gré de Dieu et selon son coeur,

que je veux vous montrer aujourd'hui

en la personne du juste Joseph.

 

Je veux faire tout ce qui éclate

pour faire l'éloge d'un saint

dont la principale grandeur

est d'avoir été à Dieu sans éclat.

Les vertus mêmes dont je parlerai

ne sont ni de la société ni du commerce ;

tout est renfermé dans le secret de sa conscience.

 

La simplicité, le détachement,

l'amour de la vie cachée

sont donc les trois vertus du juste Joseph,

que j'ai dessein de vous proposer.

 

Vous me paraissez étonnés

de voir l'éloge d'un si grand saint

dont la vocation est si haute,

réduit à trois vertus si communes ;

mais sachez qu'en ces trois vertus

consiste le caractère de cet homme de bien

dont nous parlons ;

et il m'est aisé de vous faire voir

que c'est aussi en ces trois vertus

que consiste le caractère du juste Joseph.

 

Car cet homme de bien que nous considérons,

pour être selon le coeur de Dieu,

il faut premièrement qu'il le cherche ;

en second lieu, qu'il le trouve ;

en troisième lieu, qu'il en jouisse.

 

Quiconque cherche Dieu,

qu'il cherche en simplicité

celui qui ne peut souffrir les voies détournées.

Quiconque veut trouver Dieu,

qu'il se détache de toutes choses

pour trouver celui qui veut être lui seul

tout notre bien.

Quiconque veut jouir de Dieu,

qu'il se cache et qu'il se retire

pour jouir en repos, dans la solitude,

de celui qui ne se communique point

parmi le trouble et l'agitation du monde.

 

C'est ce qu'a fait notre patriarche.

Joseph, homme simple, a cherché Dieu ;

Joseph, homme détaché, a trouvé Dieu ;

Joseph, homme retiré, a joui de Dieu.

 

Le chemin de la vertu

n'est pas de ces grandes routes

dans lesquelles on peut s'étendre avec liberté :

au contraire nous apprenons par les saintes Lettres

que ce n'est qu'un petit sentier

et une voie étroite et serrée,

et tout ensemble extrêmement droite.

 

Par où nous devons apprendre

qu'il faut y marcher en simplicité

et dans une grande droiture.

Si peu non seulement que l'on se détourne,

mais même que l'on chancelle dans cette voie,

on tombe dans les écueils

dont elle est environnée de part et d'autre.

C'est pourquoi le Saint Esprit voyant ce péril,

nous avertit si souvent de marcher

dans la voie qu'il nous a marquée,

sans jamais nous détourner à droite ou à gauche ;

nous enseignant par cette parole

que pour tenir cette voie,

il faut dresser tellement son intention,

qu'on ne lui permette jamais de se relâcher

ni de faire le moindre pas de côté ou d'autre.

 

C'est ce qui s'appelle dans les Ecritures

avoir le coeur droit avec Dieu,

et marcher en simplicité devant sa face.

C'est le seul moyen de le chercher

et la voie unique pour aller à lui,

parce que, comme dit le Sage,

"Dieu conduit le juste par les voies droites".

Car il veut qu'on le cherche avec grande ardeur,

et ainsi que l'on prenne les voies les plus courtes,

qui sont toujours les plus droites :

si bien qu'il ne croit pas qu'on le cherche,

lorsqu'on ne marche pas droitement à lui.

 

C'est pourquoi il ne veut point ceux qui s'arrêtent,

il ne veut point ceux qui se détournent,

il ne veut point ceux qui se partagent.

Quiconque prétend partager son coeur

entre la terre et le ciel

ne donne rien au ciel, et tout à la terre,

parce que la terre retient ce qu'il lui engage,

et que le ciel n'accepte pas ce qu'il lui offre.

 

"Nul ne peut servir deux maîtres".

Dieu ne peut souffrir cette intention louche,

si je puis parler de la sorte,

qui regarde de deux côtés en un même temps.

Les regards ainsi partagés

rendent l'abord d'un homme choquant et difforme ;

et l'âme se défigure elle-même,

quand elle tourne en deux endroits ses intentions.

"Il faut, dit le Fils de Dieu, que votre oeil soit simple",

c'est-à-dire que votre regard soit unique ;

et pour parler encore en termes plus clairs,

que l'intention pure et dégagée

s'appliquant tout entière à la même fin,

le coeur prenne sincèrement et de bonne foi

les sentiments que Dieu veut.

 

Mais ce que j'en ai dit en général

se connaîtra mieux dans l'exemple.

 

Dieu a ordonné au juste Joseph

de recevoir la divine vierge comme son épouse fidèle

pendant qu'elle devient mère sans qu'il y ait part,

de regarder comme son fils propre

un enfant qui ne le touche

que parce qu'il est dans sa maison,

de révérer comme son Dieu

celui auquel il est obligé

de servir de protecteur et de gardien.

Dans ces trois choses

où il faut prendre des sentiments délicats

et que la nature ne peut pas donner,

il n'y a qu'une extrême simplicité

qui puisse rendre le coeur docile et traitable.

 

Dieu, qui a établi son Evangile

sur des contrées mystérieuses,

ne se donne qu'à ceux qui se contentent de lui

et se détachent des autres biens.

Il faut qu'Abraham quitte sa maison

et tous les attachements de la terre

avant que Dieu lui dise : Je suis ton Dieu.

Il faut abandonner tout ce qui se voit

pour mériter ce qui ne se voit pas,

et nul ne peut posséder ce grand tout,

s'il n'est au monde comme n'ayant rien.

 

Si jamais il y eut un homme

à qui Dieu se soit donné de bon coeur,

c'est sans doute le juste Joseph,

qui le tient dans sa maison et entre ses mains,

et à qui il est présent à toutes les heures

beaucoup plus dans le coeur que devant les yeux.

Voilà un homme qui a trouvé Dieu

d'une façon bien particulière :

aussi s'est-il rendu digne d'un si grand trésor

par un détachement sans réserve,

puisqu'il est détaché des passions,

détaché de son intérêt et de son propre repos.

 

Mystère admirable : Joseph a dans sa maison

de quoi attirer les yeux de toute la terre,

et le monde ne le connaît pas :

il possède un Dieu-Homme, et il n'en dit mot :

il est témoin d'un si grand mystère,

et il le goûte en secret sans le divulguer.

 

Les mages et les pasteurs

viennent adorer Jésus Christ,

Siméon et Anne publient ses grandeurs :

nul autre ne pouvait rendre meilleur témoignage

du mystère de Jésus Christ

que celui qui en était le dépositaire,

qui savait le miracle de sa naissance,

que l'ange avait si bien instruit de sa dignité

et du sujet de son envoi.

 

Quel père ne parlerait pas d'un fils si aimable ?

Et cependant l'ardeur de tant d'âmes saintes

qui s'épanchent devant lui avec tant de zèle

pour célébrer les louanges de Jésus Christ,

n'est pas capable d'ouvrir sa bouche

pour leur découvrir le secret de Dieu

qui lui a été confié.

 

Erant mirantes,

dit l'Evangéliste (des parents de l'enfant) :

ils paraissaient étonnés,

il semblait qu'ils ne savaient rien :

ils écoutaient parler tous les autres ;

et ils gardaient le silence avec tant de religion,

qu'on dit encore dans leur ville au bout de trente ans :

"N'est-ce pas le fils de Joseph ?",

sans qu'on ait rien appris durant tant d'années

du mystère de sa conception virginale.

 

C'est qu'ils savaient l'un et l'autre

que, pour jouir de Dieu en vérité,

il fallait se faire une solitude,

qu'il fallait rappeler en soi-même

tant de désirs qui errent

et tant de pensées qui s'égarent,

qu'il fallait se retirer avec Dieu

et se contenter de sa vue.

 

Mais, chrétiens, où trouverons-nous

ces hommes spirituels et intérieurs

dans un siècle qui donne tout à l'éclat ?