ACCUEILBANDEAU

 

CROIX PETITE AU FIL DE LA LITURGIE
 
 
5 FEVRIER 2023 - 5EME DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE (ANNEE A)



Evangile selon saint Matthieu (5, 13-16)

Jésus disait à ses disciples :

« Vous êtes le sel de la terre.

Mais si le sel devient fade,
comment lui rendre de la saveur ?

Il ne vaut plus rien :
on le jette dehors et il est piétiné par les gens.

Vous êtes la lumière du monde.

Une ville située sur une montagne
ne peut être cachée.

Et l’on n’allume pas une lampe
pour la mettre sous le boisseau ;
on la met sur le lampadaire,
et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.

De même, que votre lumière brille devant les hommes :
alors, voyant ce que vous faites de bien,
ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

***

Psaume 111 (112)

Lumière des cœurs droits, il s’est levé dans les ténèbres,
homme de justice, de tendresse et de pitié.
L’homme de bien a pitié, il partage ;
il mène ses affaires avec droiture.

Cet homme jamais ne tombera ;
toujours on fera mémoire du juste.
Il ne craint pas l’annonce d’un malheur :
le cœur ferme, il s’appuie sur le Seigneur.

Son cœur est confiant, il ne craint pas.
À pleines mains, il donne au pauvre ;
à jamais se maintiendra sa justice,
sa puissance grandira, et sa gloire !

***

Homélie de Père Jean-François Baudoz

« Vous êtes le sel de la terre ! » Nous aurions bien tort de tirer orgueil de cette déclaration de Jésus. Et au cas où nous serions tentés de le faire, il faudrait vite nous rappeler que trop de sel rend la nourriture immangeable ! Restons donc modestes ! Le sel, c’est à la fois peu et beaucoup, puisque c’est le sel qui donne du goût aux aliments.

Dans le monde où nous sommes, c’est la différence qui nous caractérise : « Si le sel perd sa saveur, comment redeviendra-t-il du sel ? » Notre différence n’est ni dans nos qualités ni dans nos actions. Nous ne prétendons ni être les meilleurs ni faire la leçon aux autres. Nous sommes de la même pâte que tout le monde. Mais l’originalité qui est la nôtre à la suite du Christ est de mettre de la saveur et de donner un goût particulier à la vie.

Quand donc nous affadissons-nous ? Quand nous relâchons notre attachement au Christ, quand nous ne le laissons plus être le ferment de nos vies. Notre vie manque alors de saveur.

« Vous êtes la lumière du monde ! » Le sel ne se voit pas, alors que la lumière se voit. Y a-t-il donc contradiction dans les paroles du Christ ? Nous demanderait-il d’être à la fois le sel dans la pâte, ce sel bien présent mais qui se fait oublier, et la lumière qui au contraire brille sur la montagne ?

Mais là encore la lumière n’est pas ostentatoire. Car la lumière n’est pas nécessairement ce qui se voit : on regarde rarement le soleil, cela fait trop mal aux yeux. La lumière est ce qui permet de voir.

Le Christ seul est lumière et, grâce à lui, nous pouvons voir et nous pouvons permettre aux hommes de voir. « En voyant vos bonnes œuvres, les hommes rendront gloire à votre Père qui est dans les cieux. »

Comment être le sel de la terre ? Comment être la lumière du monde ? Non en utilisant « le prestige du langage ou de la sagesse » mais en témoignant humblement de « Jésus Christ, ce Messie crucifié » (1 Co 1,1-2) en pratiquant les œuvres de miséricorde : « Si tu fais disparaître la parole malfaisante, si tu donnes à celui qui a faim, si tu combles les désirs du malheureux… ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera lumière de midi » (Is 58,9-10).

COMMUNION 

 

 

  Pour la méditation quotidienne : 

 

      https://www.aelf.org/ 

 
  En marche vers dimanche (video) 

 

http://bibleetviemonastique.free.fr/ 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AFL2

 

Dans ton inlassable tendresse, nous t’en prions, Seigneur,

veille sur ta famille :

elle s’appuie sur la grâce du ciel, son unique espérance ;

qu’elle soit toujours assurée de ta protection.

Par le Christ notre Seigneur.

Abbaye cistercienne Notre Dame du Val d'Igny, 51170 Arcis Le Ponsart