CROIX PETITE AU FIL DE LA LITURGIE

 

29EME SEMAINE DU TEMPS ORDINAIRE (ANNEE C) - DIMANCHE 20 OCTOBRE 2019




Evangile selon saint Luc (18, 1-8)  

     Jésus disait à ses disciples une parabole
sur la nécessité pour eux
de toujours prier sans se décourager :

    « Il y avait dans une ville
un juge qui ne craignait pas Dieu
et ne respectait pas les hommes.

    Dans cette même ville,
il y avait une veuve qui venait lui demander :
‘Rends-moi justice contre mon adversaire.’

    Longtemps il refusa ;

puis il se dit :
‘Même si je ne crains pas Dieu
et ne respecte personne,
    comme cette veuve commence à m’ennuyer,
je vais lui rendre justice
pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.’ »

    Le Seigneur ajouta :
« Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice !

    Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus,
qui crient vers lui jour et nuit ?
Les fait-il attendre ?

    Je vous le déclare :
bien vite, il leur fera justice.

Cependant, le Fils de l’homme,
quand il viendra,
trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

 

***


Benoît XVI – Homélie du 17 octobre 2010

Parfois, nous nous lassons de prier, nous avons l'impression que la prière n'est pas si utile à la vie, qu'elle est peu efficace. C'est pourquoi, nous sommes tentés de nous consacrer à l'activité, d'employer tous les moyens humains afin d'atteindre nos objectifs, et nous n’avons pas recours à Dieu. Jésus, en revanche, affirme qu'il faut toujours prier et Il le fait à travers une parabole particulière. Elle parle d'un juge qui ne craint pas Dieu et n'a de considération pour personne, un juge qui n'a aucune attitude positive, mais qui recherche seulement son propre intérêt. Il ne craint pas le jugement de Dieu et ne respecte pas son prochain. L'autre personnage est une veuve, une personne qui se trouve en situation de faiblesse.

Dans la Bible, la veuve et l'orphelin sont les catégories les plus nécessiteuses, parce que sans défense et privées de moyens. La veuve va voir le juge et lui demande justice. Ses possibilités d'être écoutée sont presque nulles, parce que le juge la méprise et elle ne peut faire aucune pression sur lui. Elle ne peut pas non plus faire appel à des principes religieux parce que le juge ne craint pas Dieu. Cette veuve semble donc privée de toute possibilité. Mais elle insiste, elle demande sans se lasser. Elle est importune et ainsi, à la fin, elle réussit à obtenir le résultat du juge.

C'est à ce moment-là que Jésus fait une réflexion en utilisant l'argument a fortiori: si un juge inique se laisse, à la fin, convaincre par la prière d'une veuve, Dieu, qui est bon, exaucera d'autant plus celui qui le prie. Dieu, en effet, est la générosité en personne, Il est miséricordieux et Il est donc toujours disposé à écouter les prières. Donc, nous ne devons jamais désespérer, mais persévérer toujours dans la prière.

La conclusion du passage évangélique parle de la foi: « le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? » C'est une question qui veut susciter en nous une croissance de la foi. Il est en effet clair que la prière doit être une expression de foi, autrement il ne s'agit pas d'une authentique prière. Si un homme ne croit pas en la bonté de Dieu, il ne peut pas prier de manière vraiment adaptée. La foi est essentielle comme fondement de l'attitude de la prière.

COMMUNION

 

 Pour la méditation quotidienne : 

  https://www.aelf.org/ 

  http://bibleetviemonastique.free.fr/  

 

ignyUserSpiritualité5

AFL2

Dieu éternel et tout-puissant,

fais-nous toujours vouloir ce que tu veux

et servir ta gloire d'un cœur sans partage.

Par Jésus le Christ notre Seigneur.