CROIX PETITE AU FIL DE LA LITURGIE

 

16EME SEMAINE DU TEMPS ORDINAIRE (ANNEE C) - DIMANCHE 21 JUILLET 2019

 


Evangile selon saint Luc (10, 38-42)       

     Jésus entra dans un village.
Une femme nommée Marthe le reçut.
    Elle avait une sœur appelée Marie
qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
    Quant à Marthe, elle était accaparée
par les multiples occupations du service.

    Elle intervint et dit :
« Seigneur, cela ne te fait rien
que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ?
Dis-lui donc de m’aider. »

    Le Seigneur lui répondit :
« Marthe, Marthe, tu te donnes du souci
et tu t’agites pour bien des choses.
    Une seule est nécessaire.
Marie a choisi la meilleure part,
elle ne lui sera pas enlevée. »

 

 ***

Première lecture (Gn 18, 1-10)

     Aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham,
qui était assis à l’entrée de la tente.
C’était l’heure la plus chaude du jour.
    Abraham leva les yeux,
et il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui.
Dès qu’il les vit, il courut à leur rencontre depuis l’entrée de la tente
et se prosterna jusqu’à terre.

    Il dit :
« Mon seigneur, si j’ai pu trouver grâce à tes yeux,
ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur.
    Permettez que l’on vous apporte un peu d’eau,
vous vous laverez les pieds,
et vous vous étendrez sous cet arbre.
    Je vais chercher de quoi manger,
et vous reprendrez des forces avant d’aller plus loin,
puisque vous êtes passés près de votre serviteur ! »

    Ils répondirent :
« Fais comme tu l’as dit. »

    Abraham se hâta d’aller trouver Sara dans sa tente,
et il dit :
« Prends vite trois grandes mesures de fleur de farine,
pétris la pâte et fais des galettes. »

    Puis Abraham courut au troupeau,
il prit un veau gras et tendre,
et le donna à un serviteur, qui se hâta de le préparer.
    Il prit du fromage blanc, du lait,
le veau que l’on avait apprêté,
et les déposa devant eux ;
il se tenait debout près d’eux, sous l’arbre,
pendant qu’ils mangeaient.

    Ils lui demandèrent :
« Où est Sara, ta femme ? »

    Il répondit :
« Elle est à l’intérieur de la tente. »

    Le voyageur reprit :
« Je reviendrai chez toi au temps fixé pour la naissance,
et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils. »

***


Homélie de Père Jean-François Baudoz

« Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? ». Dimanche dernier, c’était la question du légiste, à laquelle Jésus avait répondu par la parabole du bon samaritain ((Lc 10,25-37). « Va et, toi aussi, fais de même ». C’est-à-dire : « Fais-toi le prochain de l’homme qui a besoin de toi ! Sois envers lui hospitalier ! Alors tu entreras dans la vie même de Dieu »

Et c’est encore d’hospitalité qu’il est question en ce dimanche. C’est Abraham qui reçoit somptueusement les trois hommes arrivés à l’heure la plus chaude de la journée. Ils sont trois mais c’est bien Dieu qui se manifeste à Abraham pour lui faire une promesse. « Voyant les trois, il adore un seul », dira saint Hilaire de Poitiers à propos d’Abraham (De Trinitate IV, 25, SC 448, p.60).

Et si nous laissons le chêne de Mambré, c’est pour entrer dans la maison de Marthe et de Marie. Il ne s’agit plus d’une tente mais d’une maison. Le lieu est significatif. Les premiers chrétiens se rassemblaient dans des maisons, semblables à celle des deux femmes de Béthanie, pour y célébrer « le repas du Seigneur » (1 Co 11, c’est-à-dire pour y écouter la parole de Dieu et pour faire mémoire de Jésus sous le signe du pain et du vin.

Mais qui dit repas dit service et donc agitation. Rappelons-nous la hâte avec laquelle Abraham va trouver sa femme Sara pour lui demander de préparer des galettes puis son serviteur pour lui demander de préparer une bête du troupeau. Le récit ne dit pas si Abraham lui-même met la main à la pâte mais insiste sur le fait que c’est lui en personne qui va servir ses hôtes. C’est bien ce que fait aussi Marthe, jouant à elle seule le rôle d’Abraham, de Sara et du serviteur. « Marthe était occupée aux multiples occupations du service », dit sobrement le texte d’évangile. Et pendant ce temps, que fait Marie ? «  S’étant assise aux pieds du Seigneur, elle écoutait sa parole. »

Dans ce passage d’évangile, qui oppose deux attitudes pour mieux mettre en valeur celle de Marie, l’avertissement que Jésus adresse à Marthe ne porte pas sur son activité, au demeurant bien nécessaire. Il porte sur ce qu’elle a oublié : se mettre, comme Marie, aux pieds de Jésus. Or, être aux pieds de Jésus, c’est, dans l’évangile de Luc, l’attitude même du disciple. En s’activant, Marthe a simplement oublié l’essentiel, elle a oublié d’écouter la Parole.

« Marie a choisi la meilleure part. Elle ne lui sera pas enlevée. » Ce n’est jamais Dieu qui enlève la meilleure part. À chacun d’entre nous, cette part est donnée, mais nous risquons toujours de la perdre. Comment ? En oubliant la source ! Le service, l’hospitalité et la miséricorde envers le prochain ne prennent tout leur sens que référés à leur source unique, qui est Dieu lui-même.

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence et tu aimeras ton prochain comme toi-même », disait dimanche dernier le légiste, en citant les commandements. Comment puiser à la source ? En écoutant et en gardant la Parole du Seigneur, à l’image de Marie. Or, garder, c’est aussi mettre en pratique. Donc, en régime chrétien, il n’y a pas d’opposition entre action et contemplation. Il n’y a pas d’opposition entre relation aux autres par l’hospitalité et relation à Dieu par la prière puisque dans les deux cas il s’agit d’une reconnaissance mutuelle : se laisser reconnaître par Dieu et Le reconnaître ; reconnaître le prochain et se laisser reconnaître par lui.

Marie trouve dans l’hospitalité divine le fondement de l’hospitalité humaine à laquelle se livre Marthe. Comme Abraham, qui en accueillant trois hôtes a accueilli Dieu lui-même : « Voyant les trois, il adore un seul ».

  COMMUNION

 

  Pour la méditation quotidienne : 

 

 https://www.aelf.org/ 

 

http://bibleetviemonastique.free.fr/

 

 ignyUserSpiritualité5

AFL2

Sois favorable à tes fidèles, Seigneur,

et multiplie les dons de ta grâce :

entretiens en eux la foi, l'espérance et la charité,

pour qu'ils soient toujours attentifs à garder tes commandements.

Par Jésus le Christ notre Seigneur.