CROIX PETITE AU FIL DE LA LITURGIE

 

SAINTE TRINITE (ANNEE A) - DIMANCHE 7 JUIN 2020




Evangile selon saint Jean (3, 16-18)   

     Dieu a tellement aimé le monde
qu’il a donné son Fils unique,
afin que quiconque croit en lui ne se perde pas,
mais obtienne la vie éternelle.
    Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde,
non pas pour juger le monde,
mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.
    Celui qui croit en lui échappe au Jugement ;
celui qui ne croit pas est déjà jugé,
du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.

***

Première lecture : Ex 34, 4-9

    Moïse se leva de bon matin, et il gravit la montagne du Sinaï
comme le Seigneur le lui avait ordonné.
Il emportait les deux tables de pierre.
    Le Seigneur descendit dans la nuée
et vint se placer là, auprès de Moïse.
Il proclama son nom qui est : LE SEIGNEUR.
    Il passa devant Moïse et proclama :
« LE SEIGNEUR, LE SEIGNEUR,
Dieu tendre et miséricordieux,
lent à la colère, plein d’amour et de vérité. »

    Aussitôt Moïse s’inclina jusqu’à terre et se prosterna.
    Il dit :
« S’il est vrai, mon Seigneur, que j’ai trouvé grâce à tes yeux,
daigne marcher au milieu de nous.
Oui, c’est un peuple à la nuque raide ;
mais tu pardonneras nos fautes et nos péchés,
et tu feras de nous ton héritage. »


Saint Hilaire de Poitiers – De Trinitate Livre II

Le Père est celui d’où existe tout ce qui existe. Lui-même, dans le Christ et par le Christ, est l’origine de tout. Son être est en lui-même : il ne tire pas d’ailleurs ce qu’il est ; mais ce qu’il est, il le tient de lui et en lui. Il est infini : car il n’est pas localisé quelque part, mais contient tout à l’intérieur de lui-même ; toujours en dehors d’un lieu, parce qu’il n’est pas contenu ; toujours avant le temps, parce que le temps est en dehors de lui.

Cours par l’imagination jusqu’aux dernières limites que tu lui assignes, tu le trouveras toujours au-delà : car au bout de tes efforts, il y aura toujours un autre effort à faire. Toujours il te reste à avancer plus loin, car, pour lui, son être c’est d’être sans fin. La parole sera défaillante avant d’avoir pu le saisir.

Il a pourtant, comme nous le disions, un nom qui désigne sa nature, le nom de Père ; mais Père absolument : car il n’a pas reçu d’ailleurs, à la façon humaine, le fait d’être père. Il est lui-même inengendré, éternel, ayant en soi le principe de son être.

Du Fils seul il est connu : car « personne ne connaît le Père, si ce n’est le Fils, et celui à qui le Fils a voulu le révéler ». De même personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père : ils se connaissent mutuellement et leur science réciproque est parfaite. Donc, puisque personne ne connaît le Père, sinon le Fils, pensons du Père ce qu’en a révélé le Fils, son seul témoin fidèle.

Il faut encore parler du Saint-Esprit, bien que cela ne devrait pas être nécessaire : car c’est sous l’autorité du Père et du Fils que nous avons à le confesser. Il existe, puisqu’il est donné, reçu, obtenu ; lui qui est lié à la confession du Père et du Fils, on ne peut que le confesser en même temps qu’eux.

Le tout n’est pas complet pour nous, s’il manque quelque chose. Si on nous demande en quel sens nous comprenons tout cela, nous allons lire ensemble les paroles de l’Apôtre : « Puisque vous êtes des fils de Dieu, Dieu a envoyé dans vos cœurs l’Esprit de son Fils que crie : Abba, Père ».

COMMUNION

 

  Pour la méditation quotidienne : 

 

  https://www.aelf.org/ 

 

  http://bibleetviemonastique.free.fr/ 

 

ignyUserSpiritualité5

AFL2

Dieu notre Père, tu as envoyé dans le monde

ta Parole de vérité et ton Esprit de sainteté

pour révéler aux hommes ton admirable mystère ;

donne-nous de professer la vraie foi

en reconnaissant la gloire de l'éternelle Trinité,

en adorant son Unité toute-puissante.